• Les bolets du crépuscule

     

    Valoki, province de Leda – année 607

     

    En Valoki poussaient des champignons particuliers. Minuscules en comparaison de la végétation géante, ils ne dépassaient pas la taille d’une main humaine au moment de sortir de terre. Très appréciés pour leur chair ferme et parfumée, les bolets du crépuscule étaient aussi utilisés par les Sœurs Ophrys pour leurs propriétés médicinales. La cuticule et la mousse du chapeau contenaient des substances rares.

    Sous les tropiques, la nuit tombe relativement tôt toute l’année. C’est en fin d’après-midi qu’un groupe de Koré quitta le monastère sous la surveillance de plusieurs Shaïli et d’une enseignante, Matria Aemi. Les adolescentes furent conduites à travers la forêt, tandis que les Sœurs adultes repoussaient sans distinction tous les animaux des alentours avec leurs pouvoirs.

    Une fois dans le bon secteur, partant d’un point central alors que Matria Aemi veillait sur ses élèves, les Shaïli s’éparpillèrent dans toutes les directions en éloignant les arthropodes avec leurs ondes répulsives, élargissant le périmètre jusqu’à lui faire atteindre la taille voulue.

    Chacune accrochait des petites lumines dans la végétation, à intervalles réguliers. Les lanternes sphériques de luciférine dispensaient leur lumière verdâtre dans les ténèbres naissantes.

    Les Shaïli se postèrent à égales distances tout autour de la zone. Aucun arthropode ne risquait d’y mettre les jeunes Koré en danger.

     

    Les bolets du crépuscule étaient endémiques de la province de Leda, on n’en trouvait nulle part ailleurs. Ces champignons aussi éphémères qu’étranges ne sortaient de terre que lors du retour des premières pluies, à la fin de la saison ardente. Ils n’étaient consommables que tout jeunes et poussaient si rapidement qu’il fallait vite les cueillir.

    Au petit matin, les bolets devenus énormes étaient déjà en décomposition. Ils restaient délicieux et croquants tout au plus le temps qui séparait le coucher du soleil et la nuit noire.

    La motivation des apprenties adolescentes était attisée par la célérité dont il fallait faire preuve, ainsi que la promesse d’une petite récompense pour les meilleures récoltes. C’est donc sous la forme d’un jeu que les Veneris avaient organisé cette activité, utilisant l’énergie débordante des Koré de manière ludique et utile à la fois.

     

    Boletus_radicans(inspiré du Bolet radicant, non comestible sur Terre – crédit photo  : H. Krisp)

     

    Naëlis ne portait la robe bleu pastel des Melishaï que depuis un an, mais elle était au nombre des encadrantes. Elle surveillait avant tout la végétation en maintenant son bouclier psychique, et ne leur lançait que de rapides coups d’œil, mais elle voyait les Koré courir dans tous les sens, euphoriques. À la recherche des champignons blanchâtres et légèrement phosphorescents commençant à poindre dans la mousse où les tapis de feuille. Ils grossissaient à vue d’œil, il fallait vite les ramasser.

    Il n’y a pas si longtemps, Naëlis courait elle aussi en riant parmi les jeunes filles en robes vertes, insouciante, confiante envers les adultes qui les protégeaient.

    Elle était heureuse d’avoir réussi les épreuves des Shaïli, d’avoir échangé la robe verte pour la bleue. Malgré tout, elle prenait conscience avec une pointe de tristesse qu’elle les enviait.

    On passe notre enfance à s’impatienter de grandir, pour se rendre compte trop tard des trésors qu’on a perdus.

    La seule femme en robe blanche était Matria Aemi, qui était d’ailleurs l’enseignante de Naëlis pendant cette époque toute proche la rendant parfois nostalgique.

    Aemi circulait dans le périmètre en se débrouillant toujours pour être là quand sa présence était utile. Soutenir des Shaïli afin de repousser des insectes un peu trop nombreux, recadrer les jeunes filles qui ne réfrénaient pas leur esprit de compétition et se comportaient de manière trop individualiste ou agressive, soigner les éventuelles blessures. En passant près d’elle, la Matria aux yeux bridés s’adressa à Naëlis d’un air malicieux.

    — On ne voit plus les choses de la même manière quand on change de rôle… n’est-ce pas ?

    Désemparée d’être aussi transparente aux yeux de la Matria, Naëlis ne sut que répondre. Elle se contenta de lui sourire maladroitement en faisant oui de la tête. Aemi lui rendit son sourire avant de continuer sa ronde.

     

     

    Un mouvement attira l’attention de Naëlis à l’extérieur du périmètre.

    À sa grande surprise elle vit une Koré en robe verte revenir du ruisseau tout proche, son panier de champignons presque vide. L’adolescente essayait de se montrer discrète dans l’obscurité, elle avait sans doute trompé la vigilance d’une Sœur et tentait un autre chemin pour rejoindre le périmètre autorisé. Elle se raidit quand leurs regards se croisèrent. Naëlis lui fit signe de s’approcher.

    — Ça va pas la tête ? lui lança-t-elle à voix basse. Et si un prédateur était passé par là, tu te rends compte ?

    — P…pardon, Sœur Naëlis, balbutia la jeune fille prise en faute. J’avais trop soif…

    — Tu aurais dû demander à Matria Aemi. Bon allez, tu as eu de la chance, va vite continuer la cueillette. Il ne reste pas beaucoup de temps avant la nuit.

    La jeune fille s’assit par terre. Elle ne semblait pas apprécier ce genre d’exercice.

    — J’ai pas de bol, j’en trouve presque pas, geignit l’adolescente.

    Naëlis s’apprêtait à l’encourager alors qu’une autre Koré surgit des fourrés avec un panier bien rempli de champignons blanchâtres.

    — J’en ai trouvé plein ! s’exclama-t-elle aux anges. Sœur Naëlis, c’est vrai ce qu’on dit sur les bolets du crépuscule ? Ils n’existaient pas avant l’ordre Ophrys ?

    Naëlis lui sourit, un peu embarrassée de ne pas connaître les prénoms des jeunes filles alors que toutes semblaient avoir retenu le sien. La Melishaï possédant la peau et les cheveux les plus clairs de tout le monastère ne passait pas inaperçue, bien malgré elle.

    — D’après la légende, ces champignons seraient même apparus pendant le règne de Shaïli Angama, notre fondatrice, expliqua Naëlis.

    — Elle les a découverts en même temps que le Seid, lança une troisième jeune fille qui s’approchait.

    — Pas tout à fait, corrigea la Melishaï. En fait, elle était déjà assez âgée… Enfin, cela reste une légende.

    — Racontez-nous, s’il vous plaît. De toute façon, le jeu est presque fini.

    Naëlis réalisa alors qu’elle se trouvait au milieu d’un petit attroupement spontané. Six Koré l’entouraient, la plupart chargées d’une belle récolte de bolets, et leurs yeux brillaient de curiosité sous les lueurs des lumines. Naëlis accepta de bon cœur.

     

    night-forest

     

    « On raconte que dans sa soixante-dixième année, alors que personne ne pouvait soupçonner qu’elle avait seulement dépassé la moitié de sa longue existence, Shaïli Angama vécut une série d’évènements difficiles.

    C’était, logiquement, l’année 125 de notre calendrier planétaire. Pour la première fois, la fondatrice de l’ordre venait de bannir des consœurs dans le Kunvel. Une partie de ses propres disciples avaient monté un complot contre elle. Et parmi ces femmes se trouvaient celles que Shaïli avaient considéré comme ses meilleures amies.

    Jusqu’alors, aucune trahison de cette importance n’avait entaché les Sœurs. Il faut dire aussi que Shaïli se refusait à sonder les cœurs de ses disciples, elle préférait leur faire confiance en respectant leur intégrité.

    Le bannissement dans le Kunvel était déjà pratiqué contre les plus dangereux criminels, mais c’était la première fois qu’une telle condamnation touchait des Sœurs. Et de plus, tout un groupe. Les conspiratrices furent conduites dans les jungles noires une par une, en des endroits différents, pour ne pas leur laisser la moindre chance d’en réchapper.

    Tout n’était pas sombre car dans le même temps, les moniales venaient de parvenir à s’allier avec la quatrième espèce d’insectes sociaux, et la plus dangereuse : les vespères.

    Shaïli et les Veneris qui lui restaient fidèles décidèrent alors de créer la branche des Ordoshaï pour veiller à la sécurité et au respect des lois. Elles durcirent les préceptes de leurs enseignements et les critères de sélection de chaque rang au sein de l’ordre.

    Alors que dans un premier temps le Seid avait suffi à assurer la paix et la prospérité des Valokins, Shaïli Angama se retrouvait confrontée à un nouveau problème : ses propres disciples pouvaient aussi la trahir. Elle n’avait pas été assez intransigeante.

    L’intrusion dans les émotions des autres pour lire leurs intentions cachées devint une habitude. Mais Shaïli ne désirait pas que les choses se déroulent de cette manière. Ces décisions l’affectèrent beaucoup. »

     

    Naëlis réalisa que les Koré étaient maintenant une dizaine à l’écouter avec attention. Étonnée de susciter cet intérêt, elle poursuivit :

     

    « Il est bien connu que les mauvaises nouvelles arrivent rarement seules. C’est au cœur de ces tourments que la fondatrice de l’ordre Ophrys apprit le décès de son frère, Palden Angama.

    Depuis le temps de leur jeunesse et la découverte du Seid, le frère et la sœur étaient devenus des ennemis. Ils ne s’étaient pas adressé la parole depuis plus de quarante ans quand Shaïli apprit la disparition de Palden, et cette nouvelle lui déchira le cœur. Elle réalisa alors, face à l’inéluctabilité de la mort, à quel point elle aimait son frère et regrettait leurs divergences.

    Contrairement à Shaïli, Palden avait fondé une famille et laissé des descendants. Des neveux et nièces qu’elle ne rencontra jamais. Au terme d’une brillante carrière scientifique son frère était devenu un Ordonnateur, mais il termina sa vie malade et dans la plus grande solitude.

    Envahie par la tristesse, Shaïli partit seule dans la forêt, le visage baigné de larmes alors que le crépuscule s’étendait sur la Valoki. Les pleurs abondants ruisselaient dans un flot ininterrompu qu’elle chassait du bout des doigts, et l’on raconte qu’à l’endroit précis où tomba chacune de ses larmes poussa un champignon.

    Depuis cette époque, les bolets du crépuscule poussent dans cette forêt. Quelques soirs par an seulement, lors de la reprise des pluies à la fin de la saison ardente. On suppose qu’ils se sont multipliés d’eux-mêmes. Leur durée éphémère, leur qualité gustative et leurs vertus en ont fait les champignons les plus renommés de toute la ceinture tropicale.

    Alors vous voyez, ce que vous faites revêt une grande importance. Il ne s’agit pas d’une simple cueillette comme les autres. »

     

     

    Les jeunes filles acquiescèrent, enthousiastes. Certaines prenaient seulement conscience de la portée de cette légende. Elles marchaient sur les pas de Shaïli Angama.

    Le cor sonnant la fin de la sortie retentit. Naëlis aida les adolescentes à ramasser quelques champignons à la hâte, puis les Sœurs se regroupèrent pour rentrer au monastère.

    Sur le chemin, Matria Aemi vint marcher aux côtés de la Shaïli aux cheveux de miel.

    — Tu n’étais pas censée les aider, glissa-t-elle.

    — Désolée, c’est que je… commença Naëlis.

    — Je sais. J’ai décidé de ne pas intervenir car cela n’a pas affecté la cueillette, globalement la récolte est très bonne. Tu possèdes un don indéniable pour captiver leur attention… rassure-toi, je n’en parlerai pas à Matria Elorine. Elle est si conventionnelle.

    Naëlis et son ancienne professeure échangèrent un sourire complice.

    Elle avait de la chance d’avoir croisé le chemin de cette enseignante profondément bienveillante, au caractère compatible avec le sien, dès le début de son apprentissage. Là où d’autres ne voyaient qu’insolence et rébellion, Matria Aemi savait parfois reconnaître la curiosité, l’originalité, l’intelligence d’une idée nouvelle. L’émergence d’un talent.

    Mais une partie des Matria et des Veneris de l’ordre ne partageaient pas ses opinions, Naëlis allait bientôt découvrir à quel point.

    — Pensez-vous que cette histoire soit vraie, au sujet des larmes de Shaïli ? demanda-t-elle.

    — Qui sait ? répondit Matria Aemi. Il y a toujours une part de vérité dans les légendes…

     

     



     


  • Enfance brisée

     

    Elgadir, ouest du Calsynn – année 595

     

    Les buggies et les motos du clan Morojir tournoyaient dans l’arène en soulevant des tourbillons de poussière. Le public sauvage hurlait, acclamant les champions et crachant sur les perdants. La course avait été d’une violence terrible. Plusieurs véhicules étaient en flammes et de larges traînées de sang imprégnaient le sable.

    Dans les gradins, Taya était à genoux aux pieds de son maître.

    Un lourd collier de métal enserrait son cou, une longue chaîne en partait et l’autre extrémité était solidement tenue par le sadique Harun. Il donnait régulièrement des petits coups secs sur la chaîne pour lui rappeler qu’elle devait toujours avoir un œil sur lui. Obéir au moindre geste, à la moindre injonction sans discuter. Baisser le regard, rester soumise et silencieuse. Une petite chose sans dignité, un objet de plaisir voué à satisfaire les pulsions des mâles alpha.

    Taya pensait à son arrivée dans le clan, quatre ans plus tôt, alors qu’elle n’était qu’une enfant et venait d’être enlevée à sa famille. Les choses avaient failli se dérouler différemment. Les brutes avaient tout de suite remarqué la pureté de ses traits, son visage mutin dont la finesse et la beauté ne laissaient personne indifférent.

    Rien dans son physique n’était hors du commun, de prime abord. Une peau halée, relativement claire pour une Calsy, des cheveux châtains et lisses, des yeux bruns. Mais le tout était agencé avec une harmonie et une symétrie qui accrochait les regards.

    Taya avait d’abord était mise de côté, avec les filles les plus jeunes et les plus jolies. Elles furent enfermées dans des cages alors que les pillards se distribuaient les autres, se battant parfois entre eux jusqu’à la mort pour s’approprier l’objet de leur désir. Puis ils frappaient les captives et les traînaient vers leurs huttes au milieu des hurlements.

    Pour ces barbares, les femmes n’étaient que des trophées. Une autre jeune captive avait expliqué à Taya ce qui les attendait.

     

    feet-in-chains

     

    Le grand chef du clan se réservait les plus jolies pucelles. Vanger Morojir répugnait à passer derrière ses hommes. Régulièrement approvisionné en esclaves par ses pillards, il pouvait même se permettre d’élever une partie de son futur harem. Contrairement à certains de ses subalternes, Vanger le Déchireur avait beau être un monstre de cruauté et de violence, il ne touchait pas les enfants.

    Pendant ses deux premières années d’esclavage, Taya n’était sortie de sa cage que pour apprendre les tâches domestiques à faire, les règles à respecter, éduquée comme une servante par les favorites du chef. Ce terrible Vanger qu’elle n’apercevait toujours que de loin.

    Mais Taya était toujours aussi belle et elle commençait à prendre des formes, son corps changeait. Certains tordus la lorgnaient avec concupiscence, lui disaient des choses obscènes et tentaient de la tripoter à la moindre occasion.

    L’un de ces déséquilibrés développa une obsession pour elle. Une nuit, il alla jusqu’à tuer le garde et pénétra dans la cage des vierges. Après avoir menacé les autres filles de son arme, il se jeta sur Taya et la prit de force. Elle n’avait que treize ans.

    Certaines eurent quand même le courage d’appeler à l’aide alors qu’il commettait l’irréparable, d’autres gardes se jetèrent sur lui et entreprirent de le battre à mort. Vanger le Déchireur intervint cette fois en personne, empêchant ses hommes de finir le travail. Il voulait faire un exemple, rappeler à ses troupes ce qu’il en coûtait de défier l’autorité du chef.

    Le violeur fut traîné au milieu du campement et alors qu’il hurlait pour qu’on l’épargne, il fut émasculé puis crucifié sous les yeux de tous ses camarades de clan. Puis on le laissa là, à se vider lentement de son sang. Son agonie dura encore toute la journée du lendemain, et Vanger laissa le corps exposé jusqu’à ce que le soleil le dessèche comme une momie.

    Taya fut chassée de la cage des promises du chef et c’est un de ses combattants, Harun, qui en fit sa chose. À partir de ce jour, elle perdit le compte des viols et des humiliations qu’elle subit. Son maître l’obligea à porter toutes sortes de tenues dégradantes, à se faire tatouer et percer certaines parties les plus intimes de son corps.

    Sa dernière lubie était de la promener nue, attachée en laisse et restant à quatre pattes comme un animal, dans tout le quartier d’Elgadir qui appartenait à leur clan. Il se vantait de montrer à tous que sa chose était la plus belle.

    Elle n’était pas sa seule esclave, mais elle était si jolie que les autres perdirent de l’intérêt à ses yeux, et leurs maigres privilèges. Certaines femmes se mirent à détester Taya. Deux fois déjà, elle avait dû se battre pour protéger sa vie. Et deux fois elle avait tué des jalouses.

     

     

    Harun tira violemment sur la chaîne pour la ramener au présent. Il détestait quand Taya était dans ses pensées. L’esclave se devait de maintenir la tête baissée, mais toujours en restant attentive à son maître, pour réagir à la moindre demande, assouvir le moindre caprice.

    Malgré tout ce qu’il lui faisait subir, quelque chose en elle restait indomptable. Elle avait le don de l’énerver, et en même temps, cette résistance excitait ses appétits pervers. Ça lui plaisait qu’elle donne toutes ces occasions de se faire punir. Il savait qu’un jour il parviendrait à détruire totalement ses résistances, à petit feu. Personne ne pouvait encaisser pareil traitement sans subir d’effroyables dégâts psychologiques. Et alors peut-être, quand il aurait balayé les derniers vestiges de sa volonté, il se lasserait de ce jouet pour en trouver un autre.

    Harun utilisait toute sorte d’instruments douloureux sur elle, mais il veillait à ne pas laisser trop de marques sur sa poupée vivante. Elle était très jeune et pouvait servir encore longtemps.

     

    Il se mit à discuter avec un autre pillard, Taya eut encore un instant de répit.

    Dans l’arène les machines avaient disparu, seules restaient quelques carcasses fumantes. Les jeux barbares approchaient de leur terme. Des pauvres types capturés dans d’autres clans étaient en train de se battre avec des lances dérisoires, contre de redoutables arachnides du désert. Peu survivaient. Taya ne leur accordait que des regards indifférents.

    À quinze ans, elle avait déjà vu mourir tellement de gens, presque tous les jours de ses quatre années de captivité. Même elle était devenue une meurtrière. Pour se défendre, mais elle avait apprécié ce sentiment de puissance. Elle avait aimé sentir qu’elle pouvait aussi avoir le dessus.

    Les êtres humains ne lui inspiraient que du dégoût.

    D’abord, elle avait surtout haï les hommes. Mais au fil du temps, et c’était le pire, elle commençait parfois à trouver du plaisir dans leurs étreintes bestiales. Elle voyait bien qu’elle n’était pas la seule à s’accoutumer à cette vie de cauchemar, les esclaves allant jusqu’à se disputer les faveurs de leurs tortionnaires. À présent les femmes aussi la dégoûtaient, elle se dégoûtait elle-même.

     

    Taya sentit la tension de la chaîne se relâcher, et risqua un regard vers son maître. Harun était en train d’embrasser un autre guerrier du clan à pleine bouche, qui se faisait lui-même caresser le torse par un adolescent esclave. Elle connaissait bien ses penchants et savait comment tout cela allait finir. Parfois, il aimait regarder pendant que d’autres hommes la brutalisaient.

    Il n’était pas rare que les ébats se déroulent sur les gradins devant tout le monde. Pour ce genre de réjouissances, Vanger leur lâchait la bride.

    Elle baissa vite le regard alors que son maître tournait la tête vers elle. Le visage couturé de cicatrices se fendit d’un affreux sourire et il tira fort sur la chaîne, pour que Taya se retrouve tout contre son ventre, sur le côté. Il empoigna ses cheveux et plaqua la bouche de l’adolescente sur son bas-ventre tendu par le désir.

    Contre ses seins nus, elle sentit le contact glacé du poignard de son maître alors qu’elle ouvrait son pantalon et s’appliquait à le satisfaire. D’un coup d’œil elle vit que le jeune esclave faisait la même chose à l’autre guerrier à côté, qui embrassait à nouveau Harun goulûment.

    Tout autour d’eux, les sauvages du clan Morojir se laissaient aller à leurs pulsions. Comme souvent, une fois que l’alcool et le sang avaient coulé à flots, les festivités dégénéraient en orgie ou en bagarre générale. Parfois les deux.

    Le dégoût de Taya se mua en une vague de haine. Alors qu’elle sentait le plaisir de son maître approcher de son paroxysme entre ses lèvres, elle se redressa subitement en saisissant la lame accrochée à la ceinture. Elle trancha l’appareil génital d’un geste, et le brandit au-dessus de sa tête dans une grande giclée de sang, en poussant un hurlement de triomphe.

    blood

    Elle enfonça rapidement la lame dans la gorge de Harun et la ressortit pour affronter les autres. Elle réussit encore à balafrer un visage, puis fut dépassée par le nombre de fous furieux qui se jetaient sur elle en la rouant de coups.

    Le sombre Orpheo, bras droit de Vanger le Déchireur, intervint en personne avant que Taya se fasse lyncher par la foule. La mêlée était si violente qu’il dut tuer et cogner quelques chiens de guerre pour rétablir le calme. Puis quand il vit qui était la responsable de tout ce désordre, il éclata de rire.

    Couvert de tatouages et de scarifications, Orpheo n’avait rien d’un tendre. C’était un meurtrier hors pair. Son crâne était rasé à blanc sur les côtés, tandis qu’une épaisse crinière de dreadlocks pendait du dessus. Ce grand maigre à la peau sombre, en dépit de son aspect sauvage, n’avait pas un visage trop affreux.

    Orpheo s’agenouilla devant Taya qui gisait au sol, ensanglantée, tuméfiée par les coups. Il souleva sa tête par les cheveux pour la regarder en face. Elle était encore consciente.

    — Je me souviens de toi, dit le lieutenant des pillards de sa voix rauque. Tu aurais dû appartenir au patron, jolie poupée… quel dommage d’abîmer tout ça. Pourquoi tu as tué ton maître ? Tu en as marre de vivre ?

    Taya lui cracha du sang à la figure avant de répondre :

    — J’veux crever, ouais. Mais pas comme une merde. J’veux me battre en tuant un maximum de connards.

    — Tu as du cran, petite pute. Faire partie de nos guerriers, ça serait une première pour une pisseuse… Tu me plais bien, mais y faudra faire tes preuves. Chez les Morojir pour mériter sa place, les choses se règlent en combat singulier. Pas de coup tordu comme tu viens de le faire, juste deux enculés qui se battent à armes égales, face-à-face, jusqu’à la mort.

    — Tu veux que je saigne lequel ?

    Orpheo éclata encore de rire, et se redressa pour faire face à l’assemblée de brutes sanguinaires.

    — Je revendique cette pute ! lança-t-il de sa voix puissante. Cette fille a plus de couilles que beaucoup de mecs ici, et elle est pas encore trop amochée. Alors même si vous êtes déjà un paquet à lui être passés dessus, à partir de maintenant Taya est à moi ! Plus personne la touche ou je vous étripe vivants ! Compris ?

    Personne ne broncha. Orpheo lança un regard vers la grande tribune où Vanger le Déchireur observait attentivement la scène. Le grand chef des Morojir leva sa chope en signe d’assentiment. Le lieutenant se pencha à nouveau vers Taya et lui dit tout bas :

    — Tu garderas le harem de Vanger quand tu sauras te battre. Je vais faire de toi une vraie tueuse, une putain de prédatrice. Et quand tu seras prête y faudra buter un homme en duel, si t’y arrives, t’auras les mêmes droits que les plus gros couillus de ce clan. Mais en attendant, va te laver et rejoins-moi dans ma hutte…

     

    Et ainsi, pendant son adolescence, Taya passa d’un maître à l’autre. Malgré sa brutalité, Orpheo s’avéra moins tordu que son précédent maître. Elle ne garda presque pas de marques sur son visage, après cette nuit-là. Elle était si jolie qu’il oublia vite qu’elle avait appartenu à d’autres. Orpheo profita pleinement de son corps avant de lui apprendre quoi que ce soit sur le combat. Pendant leurs ébats, il s’arrangeait d’ailleurs pour qu’elle soit entravée la plupart du temps, et loin de toute arme.

    Elle se plia aux exigences de son nouveau maître, se comportant en esclave docile, tout en nourrissant sa haine des hommes. Échafaudant patiemment sa future vengeance.

    Son esclavage dura encore des années. Orpheo jeta son dévolu sur d’autres filles plus fraîches et moins dangereuses. Il commença à lui apprendre à se battre, elle s’avéra très douée et plus elle progressait, moins il la touchait.

     

    chain-37452_640

     

    Taya devint la dresseuse du harem de Vanger. Elle se montra sans pitié avec les autres filles, éprouvant du plaisir à passer du statut de dominée à celui de dominante. Pour ne pas se laisser détruire, elle devint vicieuse et cruelle. Pire encore que les autres.

    Un jour, alors qu’elle approchait de la vingtaine, elle défia un guerrier sans envergure, qu’elle tua. Puis un autre plus fort, et un autre, et ainsi sans le laisser paraître clairement, elle élimina tous les hommes qui l’avaient prise de force et souillée.

    L’un après l’autre, tous périrent, sauf un. Le puissant Orpheo qu’elle admirait pour les talents de guerrier qu’il lui transmettait. Elle voulait apprendre toujours plus de lui, et Taya savait se montrer persuasive pour l’entraîner encore dans des nuits endiablées.

    Elle fut acceptée comme une combattante par le clan, commença à se joindre aux expéditions et aux razzias. Sa soif de domination ne cessa de s’accroître.

    Taya prit à son tour la tête d’expéditions de pillage et elle soumit ses propres esclaves, hommes ou femmes, auxquels elle fit subir les mêmes atrocités qu’elle avait endurées, et d’autres encore.

    De plus en plus influente, elle utilisait parfois le sexe afin de séduire les hommes trop forts pour elle, et les mettre quand même à ses pieds. Seul Vanger lui résistait.

    Elle réussit ainsi à persuader d’autres Calsy de les rejoindre, des tribus entières vinrent grossir les rangs des Morojir. Taya fut la toute première femme de ce clan à devenir une esclave combattante, puis une meneuse de brutes.

    Elle rêvait secrètement de prendre la place d’Orpheo à la droite du puissant chef, inflexible et invaincu, véritable objet de sa vénération. Elle se rapprocha lentement de Vanger le Déchireur, devenant bientôt l’un de ses plus fidèles lieutenants.

     

    Cette petite fille qui fut innocente et très belle aurait sans doute suivi une route difficile, dans sa modeste tribu d’origine. Une vie dure mais honnête, si le destin n’en avait décidé autrement.

    Mais des hommes qui n’avaient d’humain que l’apparence l’avaient arrachée à sa famille en bouleversant son avenir, avaient violé sa chair et perverti son âme, ne lui laissant que le souvenir amer d’une enfance brisée. Détruite à jamais.

     

    Ainsi parfois naissent des monstres. Ainsi se poursuivit la lente ascension de Taya Morojir parmi les pillards les plus violents du Calsynn.

    Ainsi allait s’inscrire sa légende en lettres de sang.

     

     



     


  • La Main Opaline

     

    « C’est Bakir Meyo, bonjour.

    Mes excuses pour la dernière fois, ma conclusion était un peu brusque. J’avais encore dépassé l’espace qui m’est imparti pour chaque numéro… mes amis du journal couperont avec justesse si nécessaire, je leur fais entièrement confiance. Mais tout cela mérite une petite explication.

    Je me retrouvais donc dans une situation inextricable, avec un mort sur les bras. Corps ensanglanté de mon ami Relg, que j’avais à peine eu le temps de connaître. Cette liste de noms… et cette adresse griffonnée sur un bout de papier, qu’il avait tenté de sortir de ses poches.

    Incapable de reprendre mes esprits en présence du cadavre, complètement paniqué, je quittais mon domicile pour aller prendre l’air. J’emportais avec moi ces documents pour lesquels Relg avait été, selon toutes les apparences, mortellement blessé. Je n’avais pas d’autre piste pour essayer de comprendre ce qui se passait.

    À peine dans le couloir, je recouvris d’ailleurs un peu de lucidité.

    Alerter la police ? pensais-je. Il paraît que dans les cas d’homicide, la personne qui trouve le corps est toujours le premier suspect. Immigré et sans argent, j’allais me faire broyer par la machine judiciaire. Coupable tout désigné. Règlement de compte entre deux étrangers, rabâcheraient les médias, tellement banal.

    Tous ces gens sur cette liste, des étrangers également… et si c’était pour eux que Relg était mort ? Non, surtout pas la police.

     

    mortels

     

    Mon pauvre ami saignait en arrivant chez moi, aussi j’entrepris d’inspecter le sol dans l’immeuble. Par chance, ses épais vêtements avaient absorbé la majeure partie du sang qui s’écoulait de sa blessure. Me munissant d’ustensiles de ménage par un bref retour dans mon studio, je nettoyais les rares taches que je trouvais dans le couloir et l’ascenseur. Il était tard, personne ne me dérangea.

    Je quittais l’immeuble avec soulagement, marchant dans les rues froides en serrant les feuilles du dossier sous les pans de ma veste. Quelques squatteurs occupaient encore les rues délabrées du ghetto, aucun ne m’adressa la parole. Je marchais vite, tellement stressé que je dégageais sans doute une énergie d’apparence agressive.

    Quand la fatigue de la marche apaisa quelque peu ma tension nerveuse, je m’assis un instant sur un banc, à côté d’un lampadaire encore en état de marche dans ce quartier aussi miteux que le mien. Trois fois que je passais devant. Je vérifiais une dernière fois l’adresse sur le petit bout de papier. Pas de doute, j’y étais.

    Après avoir soufflé un bon coup, je m’avançais dans l’immeuble vétuste. Ascenseur en panne. Six étages plus haut, j’hésitais encore devant la porte. Il devait être deux heures du matin. Ma main tremblait alors que j’appuyais sur la sonnette une première fois, puis une deuxième. Là j’entendis des mouvements dans l’appartement, on me regardait sûrement à travers le judas.

    — Qui vous êtes ? fit une voix étouffée derrière la porte.

    — Navré de vous déranger si tard… je suis Bakir Meyo, un ami de Relg.

    — Connais pas ! répondit sèchement l’homme. Vous devez vous tromper d’adresse.

    — Il m’a confié des documents pour vous, insistais-je.

    La porte s’entrouvrit alors, j’aperçus le visage d’un homme aux yeux bridés dans la pénombre. C’était sans doute un Valokin, âgé d’une trentaine d’années. Il me fixa attentivement dans les yeux, ouvrit plus grand et jeta un regard dans le couloir.

    — Entrez. Ne faites pas de bruit, mes enfants dorment.

    Je le suivis en silence le long d’un couloir plongé dans l’obscurité. À l’entrée d’un petit salon éclairé par une lumine tamisée, il se tourna brusquement vers moi en pointant un pistolet à plasma.

    — Du calme, je ne vous veux pas de mal ! m’exclamai-je en levant maladroitement les mains.

    Les listes de noms s’éparpillèrent alors par terre.

    — Moins fort ! me lança le Valokin. C’est ça vos documents ? Comment connaissez-vous Relg ? Et cette adresse ? Pourquoi je ne vous connais pas, moi ? Qu’est-ce qui vous prend de venir ici à une heure pareille ?

    — Je… je n’y comprends rien moi-même, bafouillais-je. Relg est arrivé chez moi blessé à mort, il avait ce papier avec votre adresse dans sa poche. Les noms de ces listes me semblent appartenir à des étrangers, j’ai peur que tous ces gens soient en danger. Je vous assure que…

    Je ressentis un coup violent derrière mon crâne, le sol se déroba sous mes pieds. Rideau.

     

     

    J’ouvris les yeux, attaché à une chaise. L’impression que ma tête servait de caisse de résonance à un percussionniste fou.

    La personne qui m’avait assommé par derrière était simplement l’épouse de l’homme qui m’avait ouvert. Tous deux face à moi, un couple de Valokins.  À cette époque, leur peuple avait encore le droit de circuler et de vivre dans le Tharseim. Deux enfants dormaient au fond de l’appartement, mais je ne les vis jamais.

    Je vous passe les détails de l’interrogatoire qu’ils me firent subir, sans violence physique mais très agressif. Ils étaient surtout inquiets, ce que je pouvais comprendre. Je réussis à les convaincre de ma bonne foi après une bonne heure, et ils me détachèrent.

    Leur attitude changea du tout au tout, ils me firent de plates excuses et m’accueillirent comme un ami. Des personnes gentilles en réalité, très mal à l’aise de ce premier contact. Nous avons discuté un long moment, à voix basse dans la cuisine.

    Ils m’avouèrent appartenir à un mouvement illégal composé en partie d’étrangers, mais qui comptait également des Thars issus de toutes les castes. La Main Opaline.

     

    main opaline

     

    Elle œuvrait déjà, à cette époque, pour dénoncer les mensonges de la propagande et les injustices. Ses membres agissaient dans l’ombre en informant les gens, en essayant de les réunir avec l’espoir de fonder les bases d’une nouvelle société. Un système qui ne serait plus basé sur l’exploitation de l’Homme par l’Homme.

    Mon défunt ami Relg faisait partie d’une antenne locale de la Main Opaline. Il s’était débrouillé pour intercepter ces listes de noms appartenant à des membres de l’organisation. Démasqué, blessé et pourchassé, il avait miraculeusement échappé à ses poursuivants avant de venir mourir chez moi.

    Le couple de Valokins me remercia plusieurs fois de leur apporter ces listes, je venais de leur sauver la vie. Ainsi qu’à toutes ces personnes figurant dans le dossier. Mais l’antenne de Celtica était compromise, les immigrés appartenant à la Main Opaline y étaient nommés dans leur intégralité. Sans doute y avait-il un agent double dans leur groupe, ou plusieurs.

    Et voilà que je venais d’entrer dans ce mouvement dissident, bien malgré moi. Enrôlé par la force des circonstances.

    Mais que pouvais-je leur reprocher ? Des étrangers et des Thars combattant ensemble un système oppresseur que je subissais moi aussi. Des braves gens qui en avaient juste assez qu’on les manipule pour les maintenir dans l’ignorance et l’asservissement. Assez de tous ces mensonges qui tentaient de masquer les travers de cette société en déclin, ne cessant de s’éloigner de la démocratie tout en prétendant le contraire.

     

    Dans une société injuste, l’éthique et la dignité poussent parfois à la désobéissance.

    Quand cette société devient tyrannique, elle considère d’abord cette désobéissance comme un délit, puis comme un crime. Et c’est exactement le chemin qu’a pris le Tharseim au cours des décennies qui se sont écoulées, depuis que je suis dans ce pays. Lentement mais sûrement, le totalitarisme s’est imposé. Encore une fois.

    Alors non, même après toutes ces années, tout ce que j’ai dû affronter à cause de mon investissement dans ce mouvement, je n’ai pas de regret. Être dans l’illégalité par humanisme, j’en suis fier.

    La Main Opaline a pris de l’ampleur depuis tout ce temps. Je ne serai sûrement plus là pour le voir de mes yeux, mais je suis sûr qu’un jour ce mouvement fera de grandes choses pour ce pays.

     

     

    Mais revenons à cet été 536.

    J’adhérais avec enthousiasme, ils me donnèrent une autre adresse à laquelle me présenter.

    Il fallut ensuite régler le problème du corps de Relg. Ce couple de Valokins charmants me surprit car ils savaient comment faire, et me fournirent même le matériel. Ils avaient été confrontés à un problème similaire quelques semaines plus tôt. Agir en résistance face à une dictature, c’est se retrouver dans des situations très dures par moments, sordides même, à la mesure de l’oppression qui œuvre en face pour nous détruire.

    L’aube approchait alors que je les quittais, encombré de paquets dissimulant surtout des bidons en plastique. Nos adieux furent d’autant plus émouvants que nous n’allions plus jamais nous revoir, et nous le savions. Ils allaient s’éloigner de Celtica quelques jours plus tard en urgence, et tenter leur chance ailleurs, peut-être même quitter le Tharseim. Je ne l’ai jamais su.

     

    Je contactais mon employeur en prétendant être malade, puis je rentrais dans mon appartement avec l’angoisse au ventre. Le pauvre Relg commençait à sentir affreusement mauvais.

    Seule solution discrète : dissoudre le corps. Avec de l’acide, pensez-vous peut-être. Surtout pas, on venait de me l’expliquer. Certains acides sont tellement puissants qu’ils peuvent tout faire disparaître, mais la concentration nécessaire attaquerait aussi la baignoire et les canalisations. Il fallait en évacuer un maximum, en transportant le moins possible, donc… siphon.

    À l’inverse de l’acide, nous avons le basique. Presque aussi corrosif sur les tissus organiques si la concentration est suffisante. La soude caustique utilisée pour déboucher est parfaite, sauf qu’il en faut quelques litres. J’ai ouvert toutes les fenêtres et activé plusieurs diffuseurs de parfum. Masque respiratoire sur le visage, je disposais le corps de Relg comme je le pouvais dans ma modeste baignoire à sabot, et je versais le produit. Je ne vous décrirai pas ce que j’ai vu tellement c’était horrible. Mais oui, j’ai regardé un peu, je n’ai pas pu m’en empêcher. Et je suis allé vomir avant de m’éloigner.

    chimie_danger

    Il fallut y retourner pour repositionner le corps, maudite baignoire à sabot. Malgré tous mes vertiges, mes régurgitations et mes pleurs, j’y suis arrivé. Cela ne prit « que » quelques heures et il ne resta plus que les os tout blancs, bien propres. Tout le reste était liquéfié. Je laissais s’écouler la soupe immonde et nettoyais à grande eau, avec tous les produits d’hygiène qui me passaient sous la main.

    Suivant les consignes du couple dissident, je démantelais ensuite le squelette en pièces détachées, et répartissais les os dans plusieurs sacs différents, que je pris soin de lester et d’emmener avec moi, un par un, lors de mes balades en bord de mer…

    Il me fallut toute la journée pour faire disparaître la moindre trace, le moindre vêtement, la moindre odeur, et encore quelques jours pour me débarrasser des os. Mais c’était fait.

    Ma baignoire avait rarement été aussi propre, comme neuve. Si aujourd’hui je me permets un peu d’humour noir à ce sujet, c’est avec plus de soixante ans de recul. À l’époque j’en aurais été incapable.

    Pauvre Relg, tu méritais mieux que ça.

     

    Après une courte nuit de repos, je repris la mer sur un bateau de pêche pour gagner ma pitance. Je détestais la Mer du Silence, morne et plate, à moitié ravagée et très sale.

    Comme j’étais assez bon matelot, on me promit d’appuyer ma demande de partir pour l’océan. Mais en attendant, j’avais encore quelques mois à passer sur les petits rafiots qui restaient près des côtes, pour racler les dernières ressources vivantes de cette mer polluée, épuisée. Le seul avantage à ce moment, c’est que je rentrais encore chez moi tous les soirs.

     

    Quelques jours après, alors qu’une nuit estivale s’étendait sur la mégapole de Celtica, je pris le chemin de cette nouvelle adresse que le couple de Valokins m’avait confiée.

    Une jeune Nemosiane à l’air soucieux m’ouvrit la porte. Je tentais de bégayer nerveusement quelques explications dans lesquelles se mêlèrent les mots Relg, problème, liste de gens, couple de Valokins, et cela lui suffit. Elle me fit un sourire aussi nerveux et m’invita à entrer.

    Elle n’était pas particulièrement belle, mais quelque chose dans son regard et son sourire me troubla tout de suite. Une sensation familière, agréable, que je n’arrivais pas encore à définir.

    Notre première rencontre n’avait rien d’un coup de foudre, pourtant je venais de trouver la femme de ma vie. Et pas dans n’importe quelles circonstances…

    À bientôt. »

     

    – Bakir Meyo, “Errances d’un Calsy dans le Nord”, extrait n°9 [journal illégal]

    Ghetto calsy de Svalgrad, ouest du Tharseim – Année 603 du calendrier planétaire.