Légendes valokines (2) : Forêt sauvage

 

Nord de la Valoki, future province du Jailong – Année 79

 

 

D’énormes mandibules saisirent le corps de la manticre et le broyèrent en émettant un horrible craquement. Le corps de l’insecte fut sectionné en deux. Sa captive humaine s’étala sur le sol.

Dans la seconde qui suivit, une balle explosive tirée par le fusil de Palden manqua sa cible et se perdit dans la végétation.

Une seconde manticre encore plus grande venait de se jeter sur la première en un clin d’œil. La prédatrice brune qui allait tuer Ruby devait faire dans les trois mètres de haut. Celle-ci, entièrement blanche et ressemblant à une immense fleur, mesurait presque le double. Ces grands carnassiers sauvages s’adonnaient volontiers au cannibalisme.

Les autres membres du groupe arrivèrent en trombe en entendant les cris et le coup de feu. La grande manticre blanche s’enfuit aussitôt, emportant une moitié de sa proie pour la dévorer dans un endroit plus tranquille.

 

(Mante orchidée. Crédit photo : Luc Viatour)

 

 

Palden se précipita vers Ruby en même temps que Nami et Curtis, le médecin et l’infirmier de l’équipe. La blessée était en état de choc, tremblante, au bord de l’évanouissement. Les pattes garnies de crochets avaient creusé des plaies sanguinolentes sur sa peau. Les mandibules avaient lacéré son cuir chevelu, du sang coulait de sa tête. Mais elle était vivante.

Ses blessures furent désinfectées et pansées, on lui administra un sédatif et elle fut transportée au campement en vitesse. Ruby fut installée dans l’abri de fortune le plus confortable, où Nami et Curtis continuèrent les soins. Elle avait eu beaucoup de chance malgré tout.

 

Rassuré sur son état, Palden ressortit de l’infirmerie improvisée après un long moment. La nuit tombait sur la forêt sauvage.

Shaïli et d’autres membres du groupe avaient ramené les affaires abandonnées par le couple à la rivière, principalement les vêtements de Ruby. Ainsi que l’autre moitié du corps de la première manticre.

Quand Palden les rejoignit, le frère et la sœur échangèrent un regard. Elle vit dans ses yeux qu’il n’était pas nécessaire de lui faire la morale, il avait compris son erreur et s’en voulait. Mais Shaïli profita de son avantage pour s’adresser à tout le groupe.

— Nous entrons à présent sur un territoire complètement sauvage et imprévisible. Les protocoles de sécurité deviennent incontournables. À partir de maintenant, on ne commet plus d’imprudences et on arrête de jouer les têtes brûlées. D’accord, tout le monde ?

La plupart acquiescèrent. D’autres gardèrent le silence en observant Palden, mais il regardait ailleurs sans réagir.

Chacun retourna vaquer à ses occupations. Le frère et la sœur firent quelques pas ensemble à l’orée du camp, sous la surveillance des guetteurs. La nuit était déjà noire sous les tropiques.

— Je n’aime pas trop Ruby… dit Shaïli tout bas. Mais j’espère qu’elle va bien s’en sortir. C’est risqué, ce que tu fais.

— Comment ça ?

— Si tu n’avais pas cette relation avec elle, tu n’aurais pas oublié d’être prudent. Tu ne devrais pas t’attacher à un membre de l’expédition.

— Qui t’a parlé de s’attacher ?

Shaïli eut un petit sourire désabusé.

— N’empêche, avoue que tu étais distrait.

— Ouais… tu as raison. J’ai été stupide sur ce coup. Quand je pense que c’est dans ce genre de conditions qu’on a perdu… enfin, tu le sais.

Vingt ans auparavant, leur mère avait tenu à accompagner de nouveau son intrépide mari dans ses explorations, alors que leurs enfants étaient tout jeunes. Un scorpide l’avait tuée dans le désert rocheux du Calsynn.

Shaïli soupira, les yeux dans le vague.

— Je me souviens à peine d’elle.

— Tu étais encore très jeune, dit Palden en posant une main sur l’épaule de sa sœur. Je m’en rappelle plus très bien non plus, en fait…. Désolé.

— Pas grave, répondit-elle en reniflant. Allons manger, ça doit être prêt. Manticre grillée au menu… on a aussi trouvé des fruits comestibles, d’après les kits d’analyse.

Ils rejoignirent le reste du groupe autour du feu, pendant qu’une partie de l’équipe montait la garde. Ils partagèrent un repas relativement frugal pour leur nombre, puis ne tardèrent pas à aller dormir.

Construites uniquement avec des matériaux de la forêt, les cabanes primitives n’offraient qu’un confort spartiate. Elles abritaient quand même des intempéries avec leur toit couvert de grandes feuilles, leur plancher surélevé. La journée avait été bien remplie et ils se reposèrent malgré tout. Il fallait être en forme pour continuer leurs explorations dès l’aube.

 

 

C’est sous un ciel pluvieux qu’ils se réveillèrent le lendemain. La forêt était envahie par la brume.

Le feu avait été entretenu pendant la nuit à tour de rôle par les sentinelles, mais ils restèrent dans leurs abris de fortune pour partager le petit-déjeuner, en regardant la pluie tomber d’un œil maussade. Leur sommeil avait été interrompu par plusieurs passages d’animaux nocturnes, dont deux attaques de prédateurs heureusement repoussées.

Ruby était encore faible. Avec la chaleur et l’humidité omniprésentes des tropiques, la moindre blessure pouvait ouvrir la voie à une infection.

Ils décidèrent de s’établir plusieurs jours à cet endroit, de renforcer et d’agrandir leur campement tout en explorant le secteur. Il fut convenu de se diriger plein sud pour établir un deuxième bivouac potentiel, délimiter les limites d’un premier terrain à conquérir.

 

La pluie cessa enfin dans la matinée.

Les explorateurs utilisaient régulièrement leurs vibrolames dentelées pour se tailler un passage dans la végétation détrempée. Ils croisèrent de nombreux animaux, la plupart s’enfuyaient à leur approche. Leur progression dans la forêt sauvage se fit d’autant plus lente que chacune de ces rencontres fut une découverte.

Leurs yeux exercés évaluèrent tout de suite de nouveaux éléments parmi ce qu’ils contemplaient. À mesure qu’ils avançaient dans cette nouvelle région, les espèces qu’ils connaissaient se mêlaient à d’autres, encore inconnues. Leur expédition prit alors une tournure tout à fait différente.

Ils se mirent à scanner des plantes, des roches et des animaux inoffensifs qui se laissaient approcher. Prendre des mesures, des captures d’image en trois dimensions, récolter des échantillons.

 

Comme leur père, Shaïli et Palden étaient des biologistes avant d’être des explorateurs. Elle était spécialisée dans la botanique, lui dans la zoologie. La plupart des membres de ce groupe avaient suivi une formation scientifique. Il y avait aussi un chimiste, une géologue, un médecin et son infirmier, des experts en armes ou en techniques de survie, différents techniciens pour assurer l’entretien du matériel…

Ils furent impressionnés par l’ampleur de ce qu’ils découvraient.

La faune et la flore déployaient ici une incroyable diversité. Des plantes singulières cohabitaient avec des espèces connues, des insectes étranges dont certains luminescents, des champignons omniprésents. La traversée d’un simple kilomètre pouvait maintenant leur prendre des heures.

Certains commencèrent à réaliser qu’ils s’étaient montrés arrogants, en arrivant dans cette contrée insolite et débordante de vie comme dans un territoire conquis d’avance.

 

Quand arriva la mi-journée, ils firent une pause pour se restaurer en haut d’une butte s’élevant dans une clairière. La chaleur était moite dans la jungle après la pluie. Des trouées de lumière bleue s’élargissaient parmi les nuages, le soleil les gratifia bientôt de brèves apparitions.

Vers l’est, un groupe d’arbres-montagne dominait le paysage vallonné et brumeux qui se présentait à leur regard. Tous de la même espèce, ils avaient un bois gris et noueux, des formes tourmentées. Ils se montraient aussi particulièrement impressionnants dans leurs dimensions. Leurs immenses feuilles rondes se paraient d’un beau rouge sombre.

— Que ces arbres sont majestueux… murmura Shaïli.

Les humains avaient déjà vu quelques végétaux titanesques de ce type en Nemosia, mais contrairement à ce qu’ils imaginaient trouver, la Valoki abritait des espèces nouvelles, étonnantes. Plus imposantes encore et en grand nombre.

Il s’agissait des premiers luvalianes jamais aperçus par des humains. On raconte que Shaïli les baptisa ainsi elle-même, comme la plupart des végétaux endémiques de la Valoki, à mesure qu’elle les recensait. Certains n’obtinrent leur nom définitif que plus tard, lorsqu’elle se trouva à la tête d’une nouvelle nation.

À ce moment, personne ne pouvait encore se douter du destin tragique et grandiose qui allait bouleverser sa vie. Peu de détails semblaient la différencier de son frère et de leurs compagnons… tellement de choses allaient changer.

 

Mais nos jeunes explorateurs avaient pour le moment des préoccupations plus pragmatiques. Après un bref repas constitué de rations froides, ils se remirent en route.

Plus loin ils découvrirent un cénote, imposant gouffre creusé et rempli par les pluies dans les roches karstiques de cette région. L’eau était limpide sur plusieurs mètres, turquoise. Ils ne pouvaient en voir le fond qui se teintait en dégradé vers le bleu le plus sombre.

— Quelles couleurs ! s’exclama Solveg.

— Ça donne envie de se baigner par cette chaleur… glissa Bert. Pas vrai, Palden ?

Une partie du groupe pouffa de rire. Le concerné regarda le sol sans répondre.

— On va faire le tour pour le moment, proposa Shaïli avec un regard en biais vers son frère. Soyez prudents, je détecte pas mal de mouvements de l’autre côté.

 

En contournant le cénote, ils se retrouvèrent face à d’autres myrmes qui leur barraient la route. Celles-ci se montraient bien plus imposantes et agitées que les pacifiques ouvrières jaunes rencontrées la veille. Elles étaient aussi nettement plus nombreuses. Les nuances nacrées et brillantes de leur carapace verte leur conféraient une apparence métallique.

(Rhytidoponera metallica. Crédit : Steroid Maximus)

 

Une bonne partie des myrmes était en train de dépouiller de ses graines une grande plante qui poussait au bord de l’eau. Un autre groupe, au sol, s’affairait à déplacer le cadavre d’une locustrelle qu’elles venaient de tuer. Il fallait être vraiment rapide pour chasser l’un de ses grands herbivores qui pouvaient bondir ou s’envoler à toute vitesse.

Les humains s’arrêtèrent en hésitant à poursuivre leur chemin, armes à la main.

Les myrmes les plus proches interrompirent leurs activités presque simultanément. Elles se tournèrent en même temps vers les nouveaux arrivants en agitant curieusement leurs antennes. Les insectes semblaient s’interroger sur le comportement à adopter devant ces étranges créatures bipèdes à la peau tendre qui osaient pénétrer sur leur territoire. Les humains émettaient des substances chimiques totalement nouvelles. Ces intrus peu nombreux pouvaient-ils représenter une menace sérieuse ?

Les myrmes prudentes échangèrent brièvement un message olfactif et ce furent des soldates, plus grandes, qui s’avancèrent pour protéger les ouvrières. Ces dernières se focalisèrent à nouveau sur leur objectif principal : ramener de la nourriture à leur colonie.

Une dizaine de soldates agressives s’avancèrent vers les humains en ouvrant ostensiblement leurs mandibules menaçantes, aussi longues que des sabres. Chacun de ces insectes combattants mesurait quatre mètres de long.

— Tout le monde derrière moi ! dit Bert en déverrouillant sa sulfateuse meurtrière.

Le groupe d’explorateurs se resserra de part et d’autre derrière le mitrailleur. Rester dans sa ligne de tir était la dernière chose à faire. Les myrmes continuaient d’approcher.

— Tous prêts à faire feu ! lança Palden avec anxiété. Coup de semonce !

Bert tira une rafale en l’air. Les soldates reculèrent instinctivement, mais d’autres surgissaient de la jungle derrière elles. Alors que les ouvrières se précipitaient hors de vue pour emmener leurs prises, des dizaines et des dizaines de myrmes combattantes affluaient.

En l’espace de quelques secondes, les humains se retrouvèrent face à une armée. Toute la forêt semblait remplie d’insectes verts aux carapaces brillantes et irisées.

— Mauvaise idée, le coup de semonce… reconnut Palden. On recule, que tout le monde reste calme !

— On doit être à côté de leur nid, c’est pas possible qu’il y en ait autant ! observa Curtis.

Le groupe se replia lentement à reculons. Les myrmes avançaient inexorablement. Des centaines de paires de mandibules prêtes à les tailler en pièces. Des mouvements partout derrière eux, il en arrivait maintenant de tous les côtés.

Les explorateurs se figèrent. Ils étaient complètement cernés.

— Super… dit Bert. On fait quoi, maintenant ?

 

 

 

 



 


4 Responses to Légendes valokines (2) : Forêt sauvage

  1. c’est magnique Sandro, et maintenant, tu nous laisses une fois encore le suspens. Bravo ! Quelle imagination !

  2. Avatar Marjorie Moulineuf
    Marjorie Moulineuf dit :

    Top !