Forêt valokine

 

Valoki, province de Leda – Année 608

 

Naëlis progressait en souplesse le long du tronc colossal. Elle se servait parfois de ses crochets à cire pour escalader, mais l’écorce grise du luvaliane était couverte d’aspérités, de nœuds et de crevasses qui facilitaient la longue ascension. Une succession de cordes d’escalade permanentes assurait sa sécurité sur toute la hauteur de l’arbre fantastique.

Elle aurait pu lancer un appel pour qu’une ouvrière vienne la chercher, ce qu’elle faisait d’habitude à l’aide d’un sifflet émettant des vibrations spéciales. Mais cette fois elle s’était lancé le défi de grimper par ses propres moyens, ce qui lui permettait aussi d’observer les autres habitants de la canopée.

Le souffle court, la jeune femme s’accorda une pause en arrivant à l’intersection d’une énorme branche. Des myrmes rouges y surveillaient jalousement un troupeau d’aphidres aux carapaces bleues et jaunes. Comme les fourmis de la Terre élevaient des pucerons.

Une vague de crainte traversa les aphidres indolents, les soldates myrmes s’avancèrent aussitôt en faisant claquer leurs mandibules tranchantes. Naëlis fut d’abord tétanisée face au danger, mais elle se ressaisit aussitôt.

 Les plus grands périls naissent de notre peur, pensa-t-elle en se remémorant les enseignements de sa Matria.

Elle s’immergea dans le flux émotionnel du Seid pour projeter des ondes apaisantes. Les myrmes agitèrent curieusement leurs antennes en percevant les vibrations familières, puis se détournèrent pour reprendre la surveillance du troupeau. Elle était acceptée.

 

red_ant(crédit photo : William Cho)

 

Elle observa quelques instants les soldates mesurant près de deux mètres, dont les mandibules pouvaient trancher un membre humain sans effort. Sous bonne garde, les ouvrières plus modestes s’affairaient pour récupérer le miellat sucré des aphidres indolents, occupés quant à eux à sucer la sève de l’arbre.

Naëlis avait un certain goût pour le risque, peut-être un peu trop parfois, elle en avait conscience. Mieux valait maintenir un bouclier psychique permanent, comme on le lui avait appris, même sur le seul arbre qu’elle pouvait prétendre connaître comme sa poche. Elle se résolut à maintenir une partie de son attention sur le halo protecteur qu’elle venait de former mentalement.

Un impressionnant escarabe xylophage passa tranquillement à quelques mètres, monstrueux coléoptère en armure noire, inoffensif malgré ses mandibules démesurées. Un peu plus haut sur le tronc, elle pouvait deviner la silhouette longiligne d’un phasil caché dans un repli de l’écorce, paisible herbivore dont le camouflage imitait l’aspect du bois.

Des zyrles translucides bourdonnaient joyeusement en s’élevant à la recherche des énormes fleurs blanches et capiteuses du luvaliane, qui commençaient tout juste à éclore. Les aporims pacifiques partageaient volontiers les fleurs avec les autres insectes et tout ce monde se croisait dans une incroyable chorégraphie aérienne. Les ailes iridescentes des merveillons lançaient de fugaces reflets multicolores en traversant les rais de lumière filtrés par les feuillages.

L’entrée de la ruche était encore loin, Naëlis commençait à réaliser le gaspillage de temps et d’énergie que représentait cette escalade. Elle allait en avoir encore pour un moment.

Est-ce de la vanité de toujours vouloir se démarquer de ses consœurs ?

Dans le ciel céruléen, le soleil s’élevait majestueusement, sphère éblouissante d’or blanc. Naëlis évalua l’heure avant de détourner ses yeux de la lumière aveuglante.

À ses pieds s’étalaient à perte de vue les prairies couvertes de fleurs, les bocages, les vastes forêts tropicales et les rivières tumultueuses de Valoki.

La cité de Leda, baignée de soleil sur sa colline, était entourée de champs où s’activaient des humains, des insectes domestiqués et de rares machines. Des ballons dirigeables se croisaient dans le ciel au-dessus de la capitale, assurant des liaisons régulières entre les principales agglomérations.

Depuis cette branche élevée, elle pouvait même apercevoir les plus hautes tours du monastère principal. L’ancienne terimière se dressait à l’écart de la cité, à l’orée des forêts géantes d’arbres-montagne, dominant de grandes clairières bordées de villages arboricoles.

Loin au sud, la forêt sauvage s’étirait jusqu’aux montagnes bleues de Parx qui masquaient l’horizon, auréolées d’une chape de nuages permanente. Cette immense chaîne volcanique s’étendait sur tout le continent au niveau de l’équateur, résultat d’un très ancien cataclysme. Une gigantesque faille s’était ouverte au pied de la Chaîne de Parx et les eaux de l’Océan Armaz s’y étaient engouffrées, créant la tortueuse Mer Serpentine.

Au-delà de cette mer et des montagnes bleues, se trouvaient les terribles jungles équatoriales du Kunvel, d’où aucun explorateur n’était jamais revenu. La Valoki représentait le dernier havre de civilisation humaine avant la frontière infranchissable de l’équateur.

La hauteur vertigineuse à laquelle Naëlis se trouvait ne l’effrayait pas, elle était liée à cette colonie d’aporims depuis la fin de son adolescence. C’était sa plus grande responsabilité. Les vallées fertiles de la Valoki étaient tout ce qu’elle connaissait du monde. Elle allait devoir s’occuper de cette ruche jusqu’au jour où elle atteindrait le rang de Matria.

À condition de le souhaiter et de réussir les épreuves, quand j’aurai trente ans.

Devenir Matria comme Elorine, renoncer à l’enfantement en sacrifiant toute sa vie pour l’ordre, ou bien quitter le monastère pour fonder une famille. Un choix terriblement difficile, irréversible. L’impression que sa vie était toute tracée avait quelque chose de rassurant, mais aussi d’étouffant.

Naëlis souffla pour évacuer ses appréhensions, il ne fallait pas gâcher le moment présent. Il lui restait de longues années avant de devoir prendre cette décision qui marquerait son avenir à tout jamais.

Le présent avait indéniablement des aspects agréables dont il fallait profiter. Une brise chaude caressait son visage et faisait danser les boucles de ses cheveux. Elle ferma les paupières, se laissa bercer par les sifflements des grandes feuilles rouges du luvaliane qui frémissaient au moindre souffle d’air.

Elle rouvrit les yeux en reconnaissant un bourdonnement caractéristique, alors qu’une butineuse descendait dans sa direction. L’aporim se posa sur la branche, s’approcha pour placer délicatement les extrémités de ses antennes sur son front. Pendant leur bref échange, l’ouvrière lui signifia qu’elle ne pouvait pas la prendre sur son dos à cause d’une blessure en voie de guérison. La Melishaï se souvint aussitôt de quelle butineuse il s’agissait.

L’insecte décolla pour se placer au-dessus de la jeune femme, agrippant fermement la combinaison avec ses griffes avant de s’élever dans les airs. Naëlis se laissa porter jusqu’à l’entrée de la ruche.

 

♦♦♦

 

 



Book_lover
(crédit photo : Icely88)

 

Salutations !

Ce n’est pas un texte inédit pour aujourd’hui, juste cette courte scène que j’ai supprimée au cours de mes réécritures. Mes tout premiers lecteurs la connaissaient déjà, elle était même plus longue, mais elle ne sera pas dans le roman finalement.

Pourquoi ? Cette scène est surtout descriptive, elle ne contient pas d’éléments indispensables à l’histoire. Alors je l’ai coupée, pour ne garder que la partie la plus utile de ce chapitre, dans le roman. Malgré tout, il y a dans ce passage des détails qu’on ne peut pas trouver ailleurs, alors je le partage ici.

Je voulais aussi vous donner des nouvelles du roman. J’ai bien terminé mes réécritures, je viens d’envoyer mon manuscrit à plusieurs éditeurs de science-fiction, à la fin du mois de mai.

Avant cela en mars, j’étais arrivé à ce moment dont je parlais dans mon article sur la réécriture. Quand on a enfin le sentiment d’avoir donné le maximum, tout seul devant son texte, cette impression de ne plus pouvoir faire mieux (pour le moment avec cette histoire, en tout cas).

J’ai alors demandé à des amis et connaissances s’ils souhaitaient lire mon roman, pour me donner leur avis. Cinq personnes se sont portées volontaires, aimant lire ou écrivant aussi, et je les remercie pour le temps qu’ils ont passé à se pencher sur mon travail.

Comme je m’y attendais, ils et elles ont trouvé des défauts, des petites incohérences ou des fautes de français qui m’avaient échappés. Chacun de mes relecteurs a pointé des choses à améliorer, selon sa sensibilité et ses goûts personnels. Mais à part sur certaines fautes ou coquilles, à ma grande surprise je n’ai pas eu deux avis identiques. Pas deux fois la même critique !

C’est une petite consolation, car ils n’ont pas trouvé d’incohérence majeure, un gros problème qui aurait sauté aux yeux de tous. Globalement les retours sont positifs et ça fait très plaisir.

Mais en même temps, c’est assez troublant de voir qu’un élément du texte représente un défaut pour l’un, alors qu’il ne pose aucun problème à un autre, et vice-versa.

Je n’ai donc pas forcément modifié tous les points soulevés. Pour certains oui, clairement, des passages méritaient une précision ou une amélioration, j’étais d’accord. Pour d’autres au contraire, les remarques de mes premiers lecteurs m’ont permis de confirmer certains choix, qui sont liés à ma sensibilité et mes goûts personnels.

On ne peut pas faire plaisir à tout le monde, et ce n’est pas le but, même si on espère que notre histoire plaira à un grand nombre de personnes. Je pense qu’il est important d’être sincère dans les idées qu’on exprime, et parfois cela implique de prendre position, de faire des choix.

Après avoir recueilli les retours de mes relecteurs, et réécrit encore certains passages, j’ai donc envoyé le roman à des maisons d’édition. Patience maintenant, les éditeurs reçoivent beaucoup de textes… je vous tiendrai au courant.

 

Je suis en train de construire le scénario du tome 2, histoire de rester dans le bain. J’ai encore pas mal d’idées à exploiter dans cet univers, j’aimerais bien écrire une trilogie. Peut-être plus, on verra.

En ce moment j’écris à la main, sur un cahier dédié au développement des idées et des personnages. Plein de notes, des schémas, des ratures… ça commence à prendre forme. Les grandes lignes sont tracées et je vais détailler tranquillement le déroulement de chaque scène, avant de commencer l’écriture proprement dite.

On est souvent tenté de commencer l’écriture dès que l’idée de départ nous convient, mais c’est prendre le risque de bloquer devant une page blanche au bout de quelques chapitres.

Si vous écrivez aussi, je vous encourage à ne commencer la rédaction d’une histoire que lorsque vous connaissez déjà son déroulement et sa fin. Bien préparer le scénario vous évitera des migraines pour que tout soit cohérent. Et là je peux vous assurer que le blocage de la page blanche, vous ne l’aurez pas.

La recherche d’idées est fastidieuse, ça ne se commande pas à volonté, et même quand on a des idées il faut encore les travailler. Mais il s’agit des fondations de la maison. Quand ce travail est fait, sur une bonne base, l’écriture vient d’autant plus facilement.

Il faut du temps pour faire les choses correctement, patience et discipline sont les meilleures conseillères.

 

Sinon, le jeu de rôles Chiaroscuro a bien été publié en fin d’hiver comme prévu. Nous avons commencé à travailler sur un deuxième ouvrage également, j’ai repris la cartographie et ces jours-ci je bosse sur une illustration. J’ai prévu d’écrire une nouvelle d’ambiance pour le jeu aussi.

Voilà pour les petites news.

Dans le prochain article, je pense vous emmener faire une balade en Nemosia, avant de retrouver les errances de Bakir Meyo.

 

À bientôt.

 

 




Commentaires 4 à Forêt valokine

  1. Ton texte, comme toujours, est merveilleusement bien écrit et me fait voyager immédiatement dans des contrées lointaines, parmi des personnages et des animaux inconnus dans notre monde. Je suis fan depuis le début et ça continue.

    Ce que tu dis de la réécriture correspond aussi à ce que je pense : on écrit pour être lu et pour un public, mais on ne peut pas plaire à tout le monde.

    Quant à la préparation d’un nouveau roman, tu as bien raison d’insister sur le fait que le plan de l’histoire, que son déroulement doit vraiment être établi AVANT de commencer.

    Merci Sandro pour ce moment hors du monde.
    Et merci aussi à l’équipe du jeu Chiaroscuro. Je me suis procuré le magnifique livre et j’en apprécie les illustrations. Encore toutes mes félicitations à l’équipe.

    • Merci Danny.
      En effet on ne peut pas plaire à tout le monde, et en cherchant à le faire on ne pourrait pas aborder grand-chose comme sujets.

      La préparation est vraiment importante avant d’écrire, j’en parle en connaissance de cause. J’ai appris à me discipliner mais ce n’était pas évident au départ, j’avais tendance à me lancer sans savoir où j’allais. C’est le meilleur moyen de ne pas arriver au bout.

      Oui j’ai vu que tu avais participé à la campagne de financement pour Chiaroscuro, merci beaucoup. Très content que le livre te plaise.

  2. Hello Sandro
    Je suis bien d’accord avec toi, on ne peut pas plaire à tout le monde, la seule chose que l’on puisse faire c’est de se rapprocher le plus possible d’un texte pro, sans incohérence, sincère. Au delà de ça, on ressent dans ton roman ce souci du lecteur, de son confort, et de lui proposer une belle expérience aussi bien sur le fond que sur la forme. Ce texte coupé en est la preuve, il faut un peu d’humilité pour sabrer dans ses mots.
    Je lis pas mal de textes qui ne sont pas écrits ou finalisés dans la perspective de faire plaisir à un lecteur et qui me laissent souvent un goût amer à la fin même si l’histoire est bien. Ton roman à un goût de « reviens’y » et je prendrai du rab avec plaisir dans le second tome.
    Je ne doute pas un instant que tu trouveras ton éditeur et que ton livre trouvera également son public.

  3. Hello,

    C’est vrai qu’il faut de l’humilité pour couper dans son travail. Savoir différencier les moments où le texte sert l’histoire et les moments où on se fait juste plaisir. Certains passages sont parfois jolis mais pas utiles pour le lecteur, il ne faut pas hésiter à les tailler.

    Merci Marjorie 🙂