Un rayon de soleil dans la grisaille

 

« Bonjour, chers lecteurs et chères lectrices, me revoilà. Bakir, le vieil immigré sénile qui est allé se perdre dans le Tharseim.
Peut-être jugerez-vous que je suis un peu dur avec moi-même, mais c’est ce que je ressens. L’âge m’affaiblit physiquement depuis longtemps déjà, et maintenant, je ne peux que reconnaître que mon esprit lui aussi commence à décliner.

C’est sans doute pour cette raison que je m’empresse d’écrire mes mémoires. Les souvenirs deviennent flous, les époques ont tendance à se mélanger dans ma tête. Tout commence à m’échapper, comme si ma vie s’estompait avec le temps qui passe. Mes forces m’abandonnent.
Étrangement, les souvenirs lointains sont encore bien nets alors que je m’emmêle les pinceaux sur les dernières décennies.

J’espère que je ne suis pas en train de perdre complètement la tête, que je pourrai aller jusqu’au bout de mon récit. C’est la dernière chose qui me raccroche à cette vie. La solitude me pèse. Par l’écriture, je garde un semblant de lien avec le monde des vivants. Avec vous qui me lisez.

Alors je vous dois un grand merci, chers lecteurs et chères lectrices. Car à travers vos yeux, c’est un peu comme si je vivais encore grâce à vous. Je ne vais pas sombrer dans l’oubli et le vide.

Moi qui ai toujours cru dans un Au-delà rassurant, me permettant d’accepter plus facilement ma vie difficile dans des conditions souvent injustes, alors qu’approche ce moment inéluctable… j’ai peur. Je doute. N’y a-t-il que le vide après toutes ces joies et ces peines, ces espoirs, ces rêves brisés qui m’ont maintenu en vie jusqu’à ce jour ? Je ne sais plus.

Merci de me laisser cette petite place dans un coin de votre tête, de votre cœur… vous êtes la dernière source de chaleur qui m’empêche de basculer dans le froid et le néant.

Aujourd’hui en l’année 602, j’ai 93 ans. C’est pas mal pour un travailleur manuel qui a connu de nombreuses privations, traversé tant d’épreuves…

Je suis né en 509, j’ai quitté le Calsynn en 524 et après cinq ans à Ombrouge, j’ai découvert Wudest où je suis resté jusqu’en 532. Ces trois années ont été difficiles également.

Alors que je travaillais sept jours sur sept, trimant comme une bête de somme dans plusieurs exploitations agricoles, mes maigres salaires ne me permettaient même pas de trouver un logement décent. Je vivais chez d’autres migrants, avec onze personnes dans un appartement minable en plein milieu du ghetto réservé aux étrangers indigents.

Wudest_complexes_industriels

 

J’ai failli mourir un soir d’hiver, au tout début de l’année 532.

Je rentrais d’une journée de labeur dans un élevage hors-sol de chenilles exploitées pour leur cuir et leur viande. Ces pauvres animaux étaient entassés au point de ne pas pouvoir se retourner dans leurs cages, maltraités de la naissance à l’abattage. Des herbivores n’ayant jamais goûté le moindre bout de feuille verte, nourris avec des granulés et des farines à la composition plus que douteuse, n’ayant jamais senti la caresse du vent et la douce chaleur du soleil dans ce pays glacé.

La neige tombait dru, recouvrant le paysage urbain comme un suaire. Il faisait déjà nuit depuis quelques heures alors que je rentrais dans la mégapole, accompagné de dizaines d’autres ouvriers pressés les uns contre les autres dans le dernier wagon d’un grand tramway à sustentation magnétique.
D’habitude, nous autres migrants n’avions droit qu’à une sorte de bus aéroglisseur desservant les ghettos et les quartiers les plus pauvres des Thars. Mais ce jour-là, un problème technique obligea les autorités à nous faire partager un transport rutilant réservé normalement aux nordiques de classe moyenne.

Il n’y avait plus de places assises. Je luttais contre la somnolence, accroché à une barre de métal en regardant les flocons tournoyer dans les rues blanches à travers la vitre du tram, quand une violente altercation a éclaté dans le wagon où je me trouvais.

Trois étudiants thars étaient en train de s’en prendre à un migrant entre deux âges. Je crois bien que c’était un Valokin (c’était bien avant la fermeture des frontières entre les deux peuples ennemis). Le migrant barbu et grisonnant avait une peau bien plus foncée que la mienne, un accent que je ne connaissais pas. Il avait sur le visage d’affreuses marques dues à une exposition prolongée à des substances industrielles dangereuses. Je n’appris la cause de ces brûlures que bien plus tard, quand j’ai été amené moi aussi à travailler dans une usine de produits chimiques.

Le pauvre type essayait de récupérer un objet que les trois jeunes nordiques lui avaient arraché et se passaient en riant. Les autres passagers faisaient semblant de regarder ailleurs. Je n’avais que vingt-trois ans, je n’étais pas bien grand mais j’étais vigoureux et assez impulsif. Mon sang ne fit qu’un tour et je me suis précipité pour venir en aide à cet homme, bousculant au passage d’autres occupants du wagon en ignorant leurs protestations.

— Qu’est-ce que vous lui avez pris ? dis-je au trio d’étudiants de la caste marchande, vêtus de triangles jaunes et noirs. Rendez-lui tout de suite !

— Mêle-toi de tes affaires, étranger, me répondit un des trois voyous.

— Mais c’est du vol ! me suis-je exclamé.

Je vis alors que celui qui m’avait parlé tenait dans sa main une sorte de pendentif, dont je ne voyais que la lanière qui pendait.

— Ce médaillon compte beaucoup pour moi ! ajouta le pauvre homme au visage à moitié brûlé.

— Pouah ! fit un autre étudiant du trio. Un symbole mystique, c’est interdit ici, négro. Sales métèques. Retournez-donc chez vous pour continuer vos pratiques d’attardés !

Là, je reconnais que j’ai perdu tout contrôle. Mon poing s’est écrasé sur son visage sans même que je m’en rende compte.
Celui qui tenait le pendentif essaya de me mettre un coup de tête mais il ne savait pas à qui il avait affaire. Dans le Calsynn pendant mon enfance, j’avais déjà appris à me battre. À Ombrouge dans la Glacière, je n’avais pas eu l’occasion de ramollir.

J’ai baissé la tête et me suis lancé en avant, le prenant de vitesse, j’ai senti son nez se briser sur mon front. Le petit crétin est reparti en arrière en s’affalant sur des passagers assis, le visage en sang. Je me suis penché pour lui arracher le médaillon des mains, grosse erreur.
Celui que j’avais frappé en premier en profita pour me flanquer un coup de pied en pleine tête. Complètement sonné je me tournais vers lui, luttant pour ne pas m’écrouler à mon tour. J’aurais dû me méfier du troisième qui était resté discret jusqu’à ce moment.
Une douleur insupportable dans mes reins, une décharge électrique m’a traversé de part en part. Foudroyé. Mes jambes se sont dérobées. Je me tordais sur le sol, agité de convulsions. Paralysé par une petite arme à impulsion électrique qu’il avait sortie de ses poches.

Alors, les trois jeunes nordiques se sont mis à me rouer de coups. Je me suis recroquevillé en serrant le pendentif dans mes mains comme si c’était le mien, alors que les coups et les insultes pleuvaient. Quand j’étais pratiquement évanoui, le visage en sang et plusieurs côtes cassées, ils ont fait de même avec le migrant au visage brûlé. Personne ne s’est interposé.
J’imagine que le tram est arrivé à un arrêt à ce moment-là, car ils nous ont balancés par la porte ouverte.

Je me souviens avoir repris brièvement connaissance, étendu dans la neige sur le trottoir. À côté de moi, l’homme au visage brûlé ne respirait plus. Malgré le brouillard qui obscurcissait mon esprit, j’ai reconnu les armures noires et rouges de policiers qui s’avançaient vers nous. Je n’avais plus la force de me relever, de faire le moindre geste. Un voile noir s’est abattu sur mes yeux.

Je me suis réveillé dans un lit d’hôpital. Une infirmière était en train de me rhabiller, une jolie rouquine en blouse noire et blanche. Elle m’a regardé avec un sourire gêné en me couvrant d’un drap. Elle venait de me laver. C’est là que j’ai réalisé que j’avais une érection.

— Bienvenue parmi les vivants, me dit-elle.

Son sourire était aussi doux qu’un rayon de soleil en plein hiver.
Pour cacher la bosse qui déformait mon pyjama et le drap sur mon bas-ventre, je me tournais maladroitement sur le lit en fuyant son regard. J’étais certainement le plus embarrassé des deux.

— Désolé, bafouillai-je.

— Oh, ne vous inquiétez pas, ça arrive souvent. C’est naturel pour un jeune homme vigoureux.

Elle rassembla les affaires de toilette et s’apprêta à sortir. Tout me revint alors en mémoire.

— Attendez. Depuis combien de temps… ?

— Vous étiez inconscient depuis deux jours. Le docteur qui s’est occupé de vos fractures va être content d’apprendre votre réveil, mais il va falloir garder le lit encore un petit moment.

— Et l’homme qui était avec moi ?

Elle hocha la tête de gauche à droite avec un air désolé. J’ai senti mon cœur se serrer dans ma poitrine. Le pauvre homme que j’avais voulu aider était bien mort.

— Il était cardiaque et n’a pas supporté les décharges électriques, m’apprit-elle.

J’étais triste mais en la regardant, j’avais l’impression d’oublier tous mes malheurs, de planer sur un petit nuage. Comme si le reste n’avait plus d’importance.

— Comment vous appelez-vous ? m’entendis-je lui demander, encore groggy par les anesthésiants.

— Iveta, monsieur Meyo.

— Appelez-moi Bakir. Se réveiller en voyant votre visage est la chose la plus agréable au monde… Vous reverrai-je ?

Elle me sourit à nouveau et je crus que j’allais me noyer dans ses yeux verts. J’ai tout de suite senti qu’on se plaisait bien tous les deux. Elle consulta la petite montre digitale encastrée sur l’unique bague qu’elle portait.

— Je vous apporterai votre repas dans deux heures, monsieur… Bakir.

— Vivement dans deux heures, alors.

Ses joues se sont empourprées légèrement, et puis elle est sortie de la chambre en souriant.
Troublé, j’ai essayé de me rendormir en espérant que ces deux heures passent plus vite, mais rien à faire. J’ai réalisé que mes vêtements étaient pliés sur une chaise à côté de mon lit. Le pendentif du Valokin au visage brûlé était posé dessus. Un curieux symbole était représenté sur le médaillon de bois.

Psychurgie
(image retouchée. Source : Senank)

 

Pauvre homme, victime du racisme et de l’athéisme extrême des Thars. Dans le Calsynn, nous croyons aux esprits du désert… je lui adressai une prière silencieuse en serrant le pendentif contre mon cœur. J’avais hérité de l’objet qui avait causé sa fin.

La jolie Iveta s’occupa de moi jusqu’à ce que je puisse quitter le lit, ma convalescence dura une bonne semaine. La nourriture synthétique était affreuse mais je m’en moquais. Nous avons très vite sympathisé et elle s’est mise à me rendre visite dès qu’elle avait un moment de libre. En cachette, nous sommes devenus amants.

Mais c’était une Tharse. Les femmes des classes modestes n’ont déjà pas une vie facile dans ce pays, elles doivent se trouver un mari avec une situation convenable pour espérer une vie meilleure. Autant dire que pour un migrant tel que moi, c’était déjà une chance de vivre cette petite relation cachée et follement excitante. Ma jolie rousse, mon petit rayon de soleil nordique…

Quand j’ai enfin pu sortir de l’hôpital, elle a rompu. Même à l’époque je ne lui en ai pas voulu, j’étais conscient d’avoir eu de la chance. Et puis sans cela, je n’aurais peut-être pas connu ma femme quelques années plus tard.

Elle m’apprit que c’étaient bien les flics qui m’avaient secouru sur le trottoir. Je les ai toujours évités, je les ai toujours considérés comme un danger, tant de fois je les ai maudits. Et pourtant… je dois bien reconnaître que face à la sauvagerie humaine, à la bêtise qui pousse des membres de notre espèce à se montrer inutilement cruels avec leurs congénères, les forces de l’ordre sont parfois indispensables. Ces types m’ont bel et bien sauvé la vie. Les trois étudiants ont été retrouvés et condamnés.

Pendant cette courte période de complicité, Iveta m’apprit aussi pas mal de choses sur son peuple…

Mais voilà que j’ai déjà rempli la place qui m’était impartie dans ce numéro de notre journal clandestin.
La prochaine fois, je vous raconterai comment j’ai pu quitter Wudest et ses affreuses exploitations agricoles. Je vous expliquerai pourquoi les nordiques sont aussi méprisants envers toute forme de croyance religieuse ou mystique, pour quelles raisons ce peuple matérialiste rejette la spiritualité comme une maladie mentale. Les fous ! »

 

– Bakir Meyo, “Errances d’un Calsy dans le Nord”, extrait n°3 [journal illégal]

Ghetto calsy de Svalgrad, ouest du Tharseim – Année 602 du calendrier planétaire.

 


 

P.S : le symbole dont Bakir hérita ce jour-là est celui de la psychurgie, ou magie psychique.

Le courant de la psychurgie a été inventé au 19ème siècle sur Terre, formant un culte de l’invisible s’appuyant sur l’art d’utiliser la force de l’esprit. Mais certaines pratiques de magie blanche remontent aux origines de l’humanité…
Le terme signifie littéralement « action de l’âme ».

Sur Entom Boötis, les Valokins considèrent ce signe comme l’un des symboles du Seid.

 



 


6 Responses to Un rayon de soleil dans la grisaille

  1. J’aime beaucoup ce personnage âgé, ce vieux sage de Bakir tellement sympathique. Le voilà en lutte contre le racisme, toujours prêt à défendre l’opprimé.

    J’aimerais comprendre une chose Sandro, tous les magnifiques écrits de ce blog font-ils partie de ton roman, ou de ton avant-roman et les rassembleras-tu ? Ils sont tellement beaux que tu ne peux les laisser simplement sur ce blog en tous cas.

    Merci de nous emmener dans ton univers si riche.

    http://danny-kada-auteure.com/interview-de-marc-a-adepte-de-la-survie

    • Bonjour Danny 🙂
      Les articles du blog ne font pas partie du roman, ils le précèdent.
      Je les écris au fur et à mesure chaque semaine, en me référant à l’historique que j’ai imaginée pour cette planète. Pour le moment, je n’ai pas prévu d’en faire autre chose à vrai dire.
      Comme il s’agit de petites histoires à différentes époques et différents endroits, je pourrai peut-être en faire une sorte de recueil…
      Merci beaucoup.

  2. Avatar Marjorie Moulineuf
    Marjorie Moulineuf dit :

    Hello Sandro
    toujours un réel plaisir de te lire. j’aime ta façon d’aborder tous les travers de nos sociétés à travers ton univers. Le parallèle est bien amené tout en douceur. C’est beau et émouvant .

  3. Hello Marjorie, merci 😀

  4. Merci pour cette belle lecture, une fois de plus.
    J’aime beaucoup Bakir, moi aussi. Et le fait qu’il soit si âgé et qu’il ait changé de région permet une plus grande compréhension de ce monde.
    Je ne connaissais pas du tout la psychurgie, ce symbole existe vraiment ? Il s’agit des lettres grecques Psi et Omega.
    Je pense que tu pourras facilement rassembler tous tes articles du pré-roman en un recueil ou chose du genre, il y a de la matière et c’est comme un préquel, en quelque sorte.

  5. Coucou Marjorie.
    Oui le symbole existe bien sur Terre, ainsi que le courant de la psychurgie comme je l’indique dans mon post-scriptum.
    C’est tout à fait ça pour les lettres grecques ^^
    Merci pour ton commentaire !